Découvrez la biodiversité du Parc du Corcovado

Publié le : 31 mars 20223 mins de lecture

Un voyage au parc national de Corcovado au Costa Rica sera inoubliable. C’est aussi une véritable oasis de verdure pour ceux qui aiment observer les animaux sauvages dans leur habitat naturel.

À propos du parc national de Corcovado

Déclarée parc national en 1975, la zone a joué un rôle important dans la lutte contre la déforestation qui a lieu depuis l’arrivée des bûcherons dans les années 1960. Le parc national de Corcovado reçoit de fortes précipitations annuelles, qui alimentent ses nombreux lacs et rivières et permettent à la forêt tropicale de se développer. La végétation est très dense et se compose de grands arbres, jusqu’à 60 m de haut, qui dominent les autres plaines. Les orchidées, les broméliacées et autres plantes épiphytes poussent sur ces arbres. En outre, la proximité de la mer et des plages rend la péninsule très diversifiée. On y trouve plus de 25 écosystèmes différents. En conséquence, le parc de Corcovado contient à lui seul un tiers de toutes les espèces d’arbres du Costa Rica, soit quelque 700 espèces.

Infrastructures et activités

Explorer un parc où la nature sauvage est encore préservée s’avère un bon plan. Le parc national de Corcovado est l’un des endroits les plus sauvages, non seulement du Costa Rica, mais du monde entier. Véritable perle naturelle, on y trouve également des bâtiments adaptés aux excursions. Ils sont peu nombreux, mais de bonne qualité et respectueux de l’environnement. Vous pouvez même aller sur « l’île de Cano » ! Une fois sur l’île, vous pouvez aller observer les baleines. Sur l’île, vous pouvez faire de la plongée libre et de la plongée dans les récifs coralliens. Visitez ensuite le centre de l’île pour voir les ruines précolombiennes. D’ailleurs, ce n’est pas une coïncidence si le magazine National Geographic a qualifié Corcovado de « lieu le plus fascinant du monde sur le plan biologique ».

Aspects pratiques

Pour se rendre dans le parc, il faut d’abord prendre un bateau au port de Serpe, qui traverse une mangrove pittoresque, puis se jette à quelques kilomètres dans l’océan Pacifique. La traversée elle-même est magnifique et constitue une expérience inoubliable. Il est recommandé de passer au moins une nuit dans un camping de bonne qualité dans un endroit isolé ou dans un parc national pour les plus aventureux qui n’ont pas peur des innombrables fourmis. Il y en a pour tous les goûts, mais n’oubliez pas que le Costa Rica n’est pas un pays bon marché. Une journée suffit pour explorer le parc, mais si vous aimez marcher, vous pouvez profiter de deux ou trois jours sur les nombreux sentiers.

Puerto Viejo de Talamanca : un village typique de pêcheur
Le Volcan Poás est-il encore actif ?

Plan du site